Media Landes
Rencontres La géographie amoureuse de Sylvain Tesson

La géographie amoureuse de Sylvain Tesson

tesson2_ter_reduiteUn chèche autour du cou, un carnet noir dans la poche, la démarche nonchalante, c’est ainsi que le baroudeur Sylvain Tesson s’est posé jeudi 5 juillet à Mimizan devant autochtones et allochtones venus l’écouter religieusement. Et il parle, Sylvain Tesson, inlassablement, sans fard, il déroule les anecdotes savoureuses de ses voyages. Il raconte son besoin d’ascèse après des odyssées de plusieurs milliers de kilomètres à pied, à cheval, en vélo, seul ou en duo. Expérimenter l’ennui, le vide, le néant et la monotonie pour enfin jouir de l’instant et atteindre la paix intérieure.


L’amour de la Russie


 Sa dernière aventure, six mois en cabane au bord du lac Baïkal, le conforte dans son amour pour le continent asiatique, la Russie et l’âme russe, qui est démesure et mépris profond du lendemain. Il passe en revue les meilleurs ouvrages à emmener dans ses bagages, car un boulimique de lecture comme lui ne saurait s’en passer. Textes sacrés, romans américains, relations anciennes de voyages ou polar sont loin d’être suffisants. Non, c’est la poésie qui reste la meilleure compagne.


Solitude et nostalgie


tesson2bisreduitQuant à l’écriture, c’est la composition de nouvelles qui le satisfait le plus. Sa prochaine livraison aura pour thème central la solitude. Une anthologie de la nostalgie est également en préparation. Entre deux, une envie qui se concrétisera sous peu : dans le sillage de Melville, Loti ou Conrad, un tour du monde en bateau, puis un périple le long de l’Arc celtique, à la découverte des fées et de leurs enchantements, pour apprendre à s’émerveiller. Cet homme en partance, élevé dans l’idée de la liberté et qui croit pourtant à l’importance des racines, survole l’auditoire de son regard bleu-vert où se reflète déjà un prochain ailleurs.

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: