Media Landes
Découvertes L'Algérie, son passé, son avenir en quelques romans

L'Algérie, son passé, son avenir en quelques romans

mre mon algrie

 

Dans les dernières rentrées littéraires, l'Algérie,  occupe une place particulière.  De nombreux auteurs, liés de près ou de loin à ce pays,

abordent au travers de la fiction la thématique de la guerre d'indépendance, mais aussi l'Algérie contemporaine. Dans la sélection suivante, découvrez des histoires de harkis, de pieds-noirs, d'algériens d'aujourd'hui, des histoires de vies, de familles, l'histoire du passé colonial de ce pays et  des relations qu'il a entretenu et qu'il entretient avec la France. Une plongée dans son histoire, dans l'Histoire en général.

 

 

dans lpaisseur de la chair

 

C’est l’histoire de ce qui se passe dans la tête d’un homme. Ou le roman vrai de Manuel Cortès, rêvé par son fils – avec le perroquet Heidegger en trublion narquois de sa conscience agitée –, Manuel Cortès dont la vie pourrait se résumer ainsi : fils d’immigrés espagnols tenant bistrot dans la ville de garnison de Sidi-Bel- Abbès, en Algérie, devenu chirurgien, engagé volontaire aux côtés des Alliés en 1942, accessoirement sosie de l’acteur Tyrone Power – détail qui peut avoir son importance auprès des dames… Et puis il y a tout ce qui ne se résume pas, tous ces petits faits vrais de la mythologie familiale, les manies du pêcheur solitaire en Méditerranée, les heures douloureuses du départ dans l’urgence, et celles, non moins dures, de l’arrivée sur l’autre rive de la mer, de cette famille rapatriée. Dans l’épaisseur de la chair est un roman ambitieux, émouvant, admirable. Qui s’ancre d’abord dans l’amour, l’estime infinie d’un fils pour son père. En bref… C’est, à travers l’histoire personnelle d’un homme, tout un pan de l’histoire de l’Algérie, depuis l’arrivée des grands-parents, venus d’Espagne, jusqu’au retour en France, au début des années 60. Et ça commence par une apostrophe terrible, lancée par le père à son fils – Tu n’as jamais été un vrai pied-noir ! – doublée d’une question en écho : Qu’est-ce qu’un vrai pied-noir ? Le récit est enlevé, brillant, philosophique, drôle (on y retrouve Heidegger, le perroquet de Là où les tigres sont chez eux), émouvant bien sûr, sur une période encore peu explorée dans le roman contemporain… Et avant tout, le magnifique hommage d’un fils à son père.

 

 

 

mre mon algrie

 

Premier roman de la poétesse et plasticienne Anne-Marie Carthé, Mère, mon Algérie sonde les attaches affectives profondes avec son pays d'origine, l'Algérie, où trois générations ont vécu en terre aimée. Elle invente une biographie à sa mère qui lui permet d'explorer au quotidien la convivance fraternelle des communautés musulmane, juive et chrétienne, formant un peuple riche de ses valeurs amicales et familiales. Tout en délicatesse et avec une plume proustienne s'écrivent les moindres soubresauts d'un bonheur en construction, la vibration poétique de l'instant, la passion de la couture qu'avait sa mère, son goût de la nature et des autres. Un attachement indéfectible à un terroir de partage, juste avant la naissance de sa fille unique, marquée par les premiers troubles, la guerre, puis l'exil. Huit ans et seulement une poupée en main pour entrer dans l'avenir...

 

 

 

 

 

lart de perdre

L'Algérie dont est originaire sa famille n'a longtemps été pour Naïma qu'une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ? Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu'elle ait pu lui demander pourquoi l'Histoire avait fait de lui un "harki". Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l'été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l'Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ? Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l'Algérie, des générations successives d'une famille prisonnière d'un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d'être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

 

 

 

 

 

 

zabor

Orphelin de mère, indésirable chez son père remarié, élevé par une tante célibataire et un grand-père mutique, Tabor n'avait rien d'un enfant comme les autres. Il a grandi à l'écart de son village aux portes du désert, dormant le jour, errant la nuit, solitaire trouvant refuge dans la compagnie des quelques romans d'une bibliothèque poussiéreuse qui ont offert un sens à son existence. Très tôt en effet, il s'est découvert un don : s'il écrit, il repousse la mort ; celui ou celle qu'il enferme dans les phrases de ses cahiers gagne du temps de vie. Ce soir, c'est un demi-frère haï qui vient frapper à sa porte : leur père est mourant et seul Zabor est en mesure, peut-être, de retarder la fatale échéance. Mais a-t-il des raisons de prolonger les jours d'un homme qui n'a pas su l'aimer ? Fable, parabole, confession vertigineuse, le deuxième roman de Kamel Daoud célèbre l'insolente nécessité de la fiction en confrontant les livres sacrés à la liberté de créer. Telle une Schéhérazade ultime et parfaite, Zabor échappe au vide en sauvant ses semblables par la puissance suprême de l'écriture, par l'iconoclaste vérité de l'imaginaire.

 

 

 

 

 

 

entre mes 2 rives

 

"Je suis comme un enfant trouvé de la Méditerranée, ballotté d'un bord à l'autre. Je suis né sur la rive sud, j'ai vécu sur la rive nord. Les deux m'appartiennent et j'appartiens aux deux. C'est le creuset. C'est la mer, la mère, la matrice à tous les sens du terme. Mer natale. Aujourd'hui, il est temps pour moi d'interroger, à travers mon rapport à Camus, tout ce qui me relie à l'Algérie et plus généralement à la Méditerranée. D'une rive à l'autre. De mes deux rives. Entre mes deux rives."

 

 

 

 

 

indocile

 

Dans ce roman d’apprentissage, Yves Bichet explore ce qui se joue à la sortie de l’adolescence : l’ivresse de l’engagement, la quête d’absolu et le besoin de s’accomplir dans le tumulte amoureux. Tourner le dos à l’enfance c’est parfois aussi affronter la guerre… Théo doit soutenir Antoine revenu blessé du conflit algérien. Il va aimer en secret la mère de son ami puis rencontrer Mila, une jeune femme mystérieusement marquée par la foudre qui le mènera, malgré lui, vers la résistance civique. Tournant le dos à son pays, il laissera derrière lui l’enfance pour plonger dans le vertige de la clandestinité.

 

 

 

 

 

nos richesses

 

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est de choisir, d'accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune. Et à ceux de l'Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.

 

 

 

 

climats de france

Je ne sais pas encore que cette cité a été dessinée par le même homme qui pensa l’immeuble dans lequel j’ai grandi. Je ne sais pas encore qu’une pierre de taille, fameuse, me relie à cet endroit. Je ne sais pas encore que, pour aller d’un endroit à un autre, il ne suffira pas de traverser la mer, il faudra traverser la guerre, entendre la lutte et voir se déployer dans des textes, dans des voix, une démente escalade de violence. Je ne sais pas encore que la drogue qui se vend dans la cour aux deux cents colonnes sur ces hauteurs d’Alger, et qui rend méfiants les quelques jeunes attroupés tout à l’heure autour de nous, je l’ai croisée il y a vingt ans dans la Cité heureuse. En 2009, Marie, la narratrice, est à Alger. Sur les hauteurs de Bab el-Oued, elle est subjuguée par la cité qu’y construisit entre 1954 et 1957 l’architecte Fernand Pouillon, appelée « Climat de France ». Saisie par la nécessité de comprendre l’émotion qui l’étreint, celle qui a grandi à Meudon-la-Forêt, dans la « Cité heureuse » du même Pouillon, entreprend alors une plongée dans le passé : le sien, celui des édifices et de leurs habitants. Plusieurs récits se succèdent et s’entrelacent, comme autant de fragments d’une même histoire dont elle traque le motif : le souvenir d’une nuit de 1997 à Meudon-la-Forêt, quand Marie, treize ans, ne parvient pas à s’endormir à cause des chants de deuil résonnant dans la cage d’escalier ; l’arrivée de Fernand Pouillon à Alger en mai 1953, invité à construire mille logements pour la fin de l’année par un jeune maire récemment élu ; les confidences de Malek, que ses parents, sentant le vent tourner, ont envoyé en France en 1956 et qui en 2016 habite encore la « Cité heureuse ». Ici, comme en écho à celle de la narratrice face aux pierres de Pouillon, l’émotion naît de l’extraordinaire acuité avec laquelle l’écrivain évoque le quotidien de ces hommes et de ces femmes que l’histoire, parfois à leur insu, a traversés et qui, de part et d’autre de la Méditerranée, obstinément et silencieusement bâtissent leur vie.

 

 

 

 

 

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: