Media Landes
Actualités

Rendez-Vous avec José Frèches à Meilhan

 "La Chine nous aide à réfléchir qui nous sommes"081

 

 

Le 15 juin dernier, à Meilhan, José Frèches était l'invité du Rendez-vous organisé par la Médiathèque départementale.  Il a ainsi partagé sa passion pour la Chine devant un auditoire attentif.

 

 

En attendant la parution en fin d'année de son dernier ouvrage contant l'histoire de la découverte du panda géant par le Père David, moine lazariste, José Frèches s'est entretenu autour de quatre ouvrages

Les deux premiers nous ramène aux temps ancien de la Chine impériale.

Gengis Khan
Gengis Khan, est le récit, en deux volumes,de la vie du fondateur d’un Empire mongol qu’il n’a eu de cesse d’étendre. Copié sur son voisin chinois, celui-ci conserva cependant le nomadisme.  Les rapports existants entre les peuples nomades et les peuples sédentaires servent de base à l'histoire.

Pour se mettre dans « le cerveau et dans la peau d’un personnage aussi grand que Gengis Khan », José Frèches a consulté des chroniques chinoises et perses et plus particulièrement « l’histoire secrète des Mongols » écrite pour la famille des Grands Khans mongols quelque temps après la mort de l'empereur en 1227. Il s’est aussi rendu en Mongolie pour assister à la chasse à l’aigle, gouter la nourriture locale et s’imprégner des mœurs de ce peuple nomade. « L’homme ne peut pas dominer le temps mais il peut dominer l’espace », c’est ainsi que Gengis Khan forgea son destin et devint un conquérant hors pair. De nos jours encore, nombre de savants sont à la recherche de son tombeau qui recélerait des richesses dignes de celui de Toutankhamon.

Les 10 000 désirs de l’empereur
Les 10 000 désirs de l'empereur "nous font entrer au plus secret des alcôves de la Chine impériale, sous les draps soyeux où, entre deux soupirs, se forge 10 000 desirsnuit après nuit la véritable Histoire". En Chine, la sexualité est très importante et la littérature dite érotique est très ancienne. A sa source, de nombreux traités médicaux et le taoïsme, qui par opposition au confucianisme, prône les plaisirs de la chair et des sens pour pouvoir s'accomplir.
Cette littérature très raffinée et poétique marque la recherche constante d’harmonie entre l’homme et la femme et entre l’homme et l’univers. Si le Yin trouve son Yang, alors c'est l'union parfaite.

quand les chinois

 

Avec Quand les chinois cesseront de rire le monde pleurera et Le dictionnaire amoureux de la Chine, José Frèches fait le portrait de la Chine actuelle.


Dans le premier, un essai paru en 2006, il s'interroge sur les mutations profondes qui touchent actuellement la Chine et leurs possibles conséquences sur le reste du monde.
Pourquoi la Chine avec ses 1 milliard 400 millions d'habitants a-t-elle échappé au chaos ? 

 

Ecoutez un extrait de la rencontre :


Enregistrement réalisé par Anthony Bacchetta  avec le soutien de la

logDRAC

 

Le rire, sur les visages des Chinois, est l’un des signes apparents de leur quête du bonheur et de la paix intérieure depuis des millénaires. Ils ont cette sagesse née de la nécessité d’assurer les meilleures conditions de survie dans ce pays surpeuplée. Cette culture chinoise profondemment marquée par le Confucianisme met en avant la morale sociale, la loi collective : « La collectivité doit passer avant l’individu », le bien-être commun et le sens du devoir : « J’ai plus de devoirs que de droits ».
Le Bouddhisme qui a été la religion officielle en Chine explique de son côté, que l’homme ne peut échapper à sa condition car « ce qui existe aujourd’hui, n’a pas forcément vocation à exister demain ».

A ce visage de la Chine traditionnelle s'oppose la Chine d'aujourd'hui, en pleine mutation. Depuis Deng Xioping, les Chinois recherchent le confort matériel et sont en passe de remplacer leur quête identitaire, leur volonté de se placer « à l’endroit qu’il faut dans l’univers » en suivant la voie du Tao et celle du Yin et du Yang… dans ce pays considéré maintenant comme capitaliste, une espèce d’un genre nouveau a vu le jour : le consommateur.

Dans ces conditions, comment le gouvernement continuera-t-il à faire marcher ensemble, 1 400 000 de chinois ?

Témoin de ce changement, José Frèches conclu par cette phrase :  "la Chine nous aide à réfléchir ce que nous sommes"

 

 

 

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: