Media Landes
Découvertes Quand les élections inspirent la littérature

Quand les élections inspirent la littérature

election2014 img 01Cette période d'élections débride l’imagination des écrivains. Les politiques-fictions publiées depuis les derniers mois traduisent peurs ou inquiètudes.



Les auteurs contemporains reprennent une forme d’engagement politique, cherchant à prévoir « la menace pour éviter un crime qui n’a pas encore été commis », proposant des ouvrages graves ou ironiques dont l'objectif est d'interpeller le lecteur.  

 

 

 

 

 

  

moi prsidenteAvis de tempête à l'Elysée. La nouvelle Présidente, héroïque, cinglante, dévoile ses plus brillantes mesures : rétablissement de l'esclavage pour supprimer le chômage, polygamie obligatoire pour combattre la crise du logement, levée d'une croisade pour exiler les SDF, les pauvres et les désoeuvrés, etc.

Son credo ? "Purger la France de toute la racaille." Ses ministres du Racisme Efficace et de la Précarité Raisonnable applaudissent. Mais la révolte gronde. Une farce réjouissante aux accents de cauchemar : et si c'était pour demain ?

La couverture l’annonce, c’est une sotie, c’est-à-dire une farce. Cette fiction aussi hilarante que glaçante, dont on taira la fin magistralement prophétique, deviendra une pièce de théâtre au premier trimestre 2017.

 

 

 

 

 

 

le grand paris

Enfant de l'Ouest parisien, Alexandre Belgrand a grandi à l'ombre des tours de la Défense, au bord de la voie royale qui conduit du Louvre à la Grande Arche et qui sert de frise chronologique à l'histoire de France. Héritier autoproclamé de ce majestueux récit, il rejoint une école de commerce, certain d'intégrer à sa sortie l'élite de la nation. L'un de ses professeurs l'initiera alors à l'histoire secrète de la capitale, avant de le faire entrer au service de l'homme fort de la droite - "le Prince" - en passe de remporter la prochaine présidentielle.

Il lui aura fallu, auparavant, parfaire sa formation d'urbaniste au milieu du désert algérien, d'où il assistera, impuissant, au soulèvement des quartiers de l'Est parisien à l'automne 2005. Au soir du 6 mai 2007, il est au Fouquet's, dans le tout premier cercle, prêt à intégrer le cabinet du Prince. Suivront, pour Alexandre, deux années d'alcoolisation heureuse, de travail acharné et d'amitiés nocturnes au coeur du triangle d'or parisien.

Il écrira l'un des discours les plus remarqués du Prince, prélude au lancement d'une grande consultation architecturale sur l'avenir de Paris ; c'est lui encore qui imaginera de doter la nouvelle métropole d'un grand métro automatique, le Grand Paris Express. Il aura alors l'orgueil de se croire indestructible. Sa disgrâce, imprévue et brutale, le conduira jusqu'à l'Est maudit de la grande métropole. C'est là que, dans sa quête de plus en plus mystique d'une ville réconciliée, il devra s'enfoncer, accomplissant son destin d'urbaniste jusqu'à son ultime conversion, ainsi qu'il le lui avait été prédit au milieu du désert : "Nous autres, urbanistes, nous parlons aux dieux plutôt qu'aux hommes".

 

 

 

lemprise

Un favori à l'élection présidentielle, le président d'un groupe militaro-industriel, un directeur du renseignement intérieur, un syndicaliste disparu après le meurtre de sa famille, une photographe chinoise en vogue... Qu'est-ce qui peut les relier ?

Lorraine, agent des services secrets, est chargée de faire le lien. De Paris, en passant par la Bretagne et l'Irlande, pourra-t-elle y parvenir ? Rien n'est moins certain. Neuf ans après La malédiction d'Edgar, Marc Dugain nous offre une plongée romanesque sans concession au coeur du système français où se mêlent politiques, industriels et espions.

 

 

 

 

  


 

quinquennat

Favori à l’élection présidentielle, Launay a scellé pendant la campagne un pacte avec son plus farouche adversaire, Lubiak, issu du même parti que lui. Mais Launay rêve de s’inscrire dans la postérité. Il change la donne en soumettant au référendum une nouvelle constitution.

Une lutte à mort débute entre les deux hommes. Les alliances de circonstance se renversent, et les rivalités entre services de renseignement s’intensifient.

Marc Dugain poursuit son investigation des arcanes du pouvoir et nous livre une réflexion sur les grands de ce monde, là où les raisons de la lutte n’importent plus et où l’élimination de l’autre devient un objectif en soi. Le deuxième tome très attendu de la Trilogie de L’emprise, qui peut se lire indépendamment du premier.

 

 

 

 

 ultime partieUltime partie est le troisième et dernier volet de la trilogie des " chroniques de l'emprise ". Launay, le favori des élections, va enfin accéder au pouvoir et réformer la constitution contre l'avis de son ennemi intime Lubiak. Les deux personnages se livrent un combat à mort même s'il s'agit d'une mort symbolique. On y retrouve les personnages de Quinquennat.

Lorraine, espionne qui ne se sent pas à sa place, témoin de la disparition de Sternfall, est menacée de mort par les services secrets français et américains alors que Launay a ordonné sa disparition. Terence, journaliste d'investigation intègre, prend la mesure du pouvoir qui est le sien et transige avec ses principes.

Le roman nous emmène dans les subtilités de l'exercice du pouvoir mais aussi dans la réalité des services secrets. Il est principalement situé à Paris, en Bretagne et en Islande où le pauvre Sternfall est caché par les services américains.

Surtout prisonnier de lui-même, Launay finit par s'affranchir de l'emprise américaine et prend la vraie mesure de sa mission. Marc Dugain termine la série de la Trilogie de l'Emprise par ce roman où les rivalités entre les protagonistes atteignent leur paroxysme. L'exacerbation des passions politiques est ici montrée dans toute sa cruauté et sa vérité. Ultime partie est la conclusion remarquable d'un projet romanesque traversé par les tensions de l'actualité et les enjeux de pouvoir qui sont à l'oeuvre actuellement dans notre pays.

 

 

 

presidentielle

Du 16 janvier au 5 mai, Patrick Besson s’est livré à un exercice littéraire sans précédent. Chaque jour il a tenu pour Lepoint.fr un journal de la campagne électorale et emprunté la voix d’un célèbre écrivain, vivant ou mort, français ou étranger, pour raconter les grandes heures et les coulisses de l’élection présidentielle.

Commencé le jour où la France perd son triple A, il se finit à la veille du premier tour de l’élection présidentielle.
Maigret découvrant Bernard Tapie planqué dans une bou-tique de lingerie fine avec son magot en espèce ; Patrick Bruel chantant Nathalie Arthaud ; Victor Hugo annonçant le châtiment des socialistes ; David Foenkinos constatant l’indélicatesse d’Eric Woerth ; Ernest Hemingway évoquant le vieil homme et Mamère ; ou Louis-Ferdinand Céline accoudé à un bar avec Jean-Louis Borloo… ces pastiches forment un recueil unique, drôle et très actuel.

Dans cette étude littéraire et politique, l’auteur met à profit 40 ans de lecture…

 

 

 

 

 

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: