Media Landes
Actualités

Valerie Zenatti avait Rendez-vous à Saint Jean de Marsacq

zenatti loiseau Mardi 29 mars une quarantaine de personnes ont assisté au Rendez Vous avec Valerie Zenatti à Saint Jean de Marsacq.


La plus grande partie de l’entretien avec Jean-Antoine Loiseau a porté sur son dernier roman Jacob Jacob. Elle évoque l'Algérie, à travers le parcours de son oncle Jacob, jeune juif de Constantine qui est enrôlé pour aller défendre la France.


Pendant longtemps Valérie Zenatti pensait qu'elle ne parlerait jamais de ce pays qui fut celui de ses parents et qu'elle n'a jamais connu. C'est lors d'une tournée en Algérie pour la promotion du film Une bouteille à la mer (adaptation de son roman Une bouteille dans la mer de Gaza) dans les alliances françaises d'Oran et de Constantine que le déclic s'est fait.

Il fallait qu'elle parle de ce morceau d'histoire familiale en s’inspirant du cahier d’écolier de son oncle Jacob qui restera sans descendance car mort trop jeune. Des recherches commencent alors, elle exhume l’histoire de l'oncle, parmi de nombreux documents familiaux. Elle mettra près de deux ans à trouver la bonne forme de récit pour ce qui n'est ni vraiment un récit ni complètement un roman.

Ces récits sont marqués par son histoire familiale mais aussi son vécu. Elle a effectué son service militaire dans l’armée israélienne pendant la première Intifada. Quand j’étais soldate revient sur ce moment de sa vie. Dans En retard pour la guerre, elle fait le récit de cette étrange année où les tensions montaient à l'aube de la première guerre du Golfe entre l'occident et l'Irak, sous la menace d’une attaque chimique. La guerre n’est jamais son sujet d’entrée mais ce sont les personnages qui l’intéressent, comment fait-on pour vivre alors que la mort est autour, quand les adultes, les parents ne peuvent plus protéger les enfants.

Ce premier roman publié aux éditions de l'Olivier a été adapté en film en 2009. Valérie Zenatti participe alors au scénario, deux ans plus tard, elle collabore au scénario d'Une bouteille à la mer, autre adaptation d'une de ses oeuvres. C'est le début d'une nouvelle activité pour Valerie Zenatti qui depuis travaille régulièrement sur des scénarios, pour le cinéma ou la télévision.

Elle a abordé son travail de traductrice et nous a expliqué qu'elle avait travaillé sur les romans d'Aharon Appelfeld (lorsqu'elle a passé son agrégation d’hébreu), son héros, car enfant orphelin pourchassé par la guerre qui a vécu seul dans les bois comme la Cosette des Misérables, sa première lecture très marquante. Elle s'est alors rendu compte que les romans d'Appelfeld n’étaient plus disponibles en français et de ce constat est né une volonté de participer à faire revivre la pensée d'Appelfeld en français.

Le travail de traduction est pour Valérie Zenatti une tâche empreinte d'humanisme, qui contribue à la diffusion de la pensée au-delà des barrières linguistiques et culturelles, lire est un acte intime qui induit une lecture dans la langue maternelle.

Elle a également évoqué ses romans pour la jeunesse. Lorsqu'elle était journaliste, une rencontre avec Geneviève Brisac (écrivaine et directrice de collection à l'Ecole des loisirs) lui a permis de découvrir une littérature de jeunesse riche et très différente de celle qu'elle lisait enfant. Loin des classiques et des ouvrages de la bibliothèque rose ou verte, une littérature pleine de sens qui pousse le jeune lecteur à la réflexion et au questionnement.

Enfant, Valérie Zenatti avait l’angoisse « de ne pas tout contenir ». Adulte, elle doit faire des choix car « écrire c’est renoncer à tous les autres livres ». L'acte d’écrire, le sujet du livre doit alors s’imposer avant tout.

Elle a écrit 13 livres depuis 1999, son dernier Vérité vérité Chérie est paru en 2009. Depuis elle a mis de côté la littérature de jeunesse pour se consacrer aux romans adultes et au travail de scénariste, mais elle n'a pas renoncé à écrire pour la jeunesse et une bonne surprise n'est pas exclue dans les mois qui viennent...

zenatti lecture

Pour clôturer la rencontre, Valérie Zenatti a lu un extrait d’un chapitre de Jacob Jacob, le public a ensuite été invité à rencontrer plus intimement l’auteur avec une séance de dédicace, en présence de la librairie Monge de St Vincent de Tyrosse.

 Retrouvez la captation de ce moment privilégié :


Enregistrement réalisé par Anthony Bacchetta  avec le soutien de la

logDRAC

 

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: