Media Landes
Rencontres Philippe Djian à Linxe

Philippe Djian à Linxe

 djian            

 

 

C'est devant un public conquis d'avance que Philippe Djian a fait halte à la médiathèque de Linxe le 9 juillet. Cet amoureux des mots, de la langue, a partagé son plaisir d'écrire.

 

 

 

 

 

 

 

 "Ecrire c'est tenir la note"

 

Philippe Djian, auteur de nombreux romans, parolier de Stéphan Eicher, est un infatigable artisan de la langue :  pas de répit pour celui qui offre à ses lecteurs un titre par an :  "je passe mon année à écrire, car j'aime écrire et je n'aime pas les vacances". Pas de plan établi au démarrage de chaque livre, mais un travail d'orfévre autour de la première phrase : "Comme un ébéniste, je la fais tourner dans ma tête, je tourne autour jusqu'à qu'elle soit géniale, elle doit être l'étincelle, c'est elle qui me donne l'axe du roman, le tempo du texte et ensuite je n'ai qu'à tenir la note au fil des pages". Cette première phrase est toujours un bijou d'esthétisme littéraire chez Philippe Djian. Les phrases peuvent être des pièges, aussi, il faut se débarrasser des règles de grammaire, pourquoi mettre un point d'interrogation ou d'exclamation alors qu'il ne sert à rien. L'auteur s'amuse en littérature, en mettant des petits signes en début de paragraphe, sans une marge, en ne mettant pas de guillemets, en travaillant l'elipse : "depuis des siècles, en littérature tout a été plus ou moins écrit, il ne nous reste plus que le travail sur la langue pour changer les choses, pour modifier l'axe de point de vue, il faut se renouveler sans cesse, d'une phrase à l'autre et non d'un livre à l'autre . En résumé, le roman est mauvais quand l'histoire va plus vite que la musique.

Par ailleurs, il met un soin particulier à construire les dialogues de ses romans, un peu à la manière des auteurs américains réputés en la matière, à contrario de certains auteurs français qui offrent des dialogues de scénaristes. Selon lui, l'auteur doit écrire pour prendre du plaisir et non satisfaire son public, il est avant tout son plus grand critique. L'écrivain a  aussi a une fonction sociale, il est le miroir de la société dans laquelle il vit, ses écrits reflètent une époque, ses contradictions : comment un jeune auteur peut-il écrire aujourd'hui sur la guerre 14-18, comment peut-il se mettre dans la peau ou  la tête d'un poilu?

 

Littérature , cinéma et musique

 

Après divers petits boulots, plusieurs voyages de par le monde, Philippe Djian rencontre très vite le succès grâce à son livre 37°2 le matin, roman adapté au cinéma en 1986 par Jean-Jacques Beineix avec la sulfureuse Béatrice Dalle. Auteur nourri de musique américaine notamment, d'images, ses textes sont très visuels, imagés qui se prêtent à l'adaptation cinématographique. Ainsi, d'autres titres ont été transposé au cinéma Impardonnables ( 2011 par André Téchiné) et Incidences ( 2013 par les frères Larrieu sous le titre "L'amour est un crime parfait"). Dans le contexte économique actuel du monde de l'édition, parfois, les éditeurs lisent les manuscrits en pensant déjà adaptation potentielle, c'est moins risqué . Selon Philippe Djian, le metteur en scène n'a pas l'obligation de respecter le texte, il doit se l'approprier pour en faire son oeuvre : chacun sa vision d'une même thématique.

 

"Ecrire, c'est aussi transmettre"

 

Fort de ses 35 années d'écriture, il a maintenant à coeur  de transmettre, de partager ses connaissances, d'aider de jeunes écrivains. Aussi, il anime, tout comme d'autres auteurs, des ateliers d'écriture chez la maison d'édition Gallimard, où les stagiaires après plusieurs ateliers pratiques, se lancent dans l'écriture d'une nouvelle sous son oeil attentif et attentionné. Philippe Djian  consacre beaucoup de temps à la relecture de ces écrits afin d'amener ces futurs écrivains à travailler un style, plutôt qu'un sujet. Une expérience enrichissante pour eux et pour lui qu'il reconduira en 2016 : ateliers de la NRF

 

djian0650

 

 

La soirée s'est terminée par une séance de dédicaces en extérieur autour d'un petit pot convivial.

 

 

 

Ecoutez un extrait de Chéri-Chéri lu par Sara Ghazali et Anthony Bacchetta pour la Cie Propagande Poétik

 

Quelques moments de la rencontre


Enregistrements réalisés avec le soutien de la logDRAC

 

Retrouvez tous les titres de Philippe Djian dans les médiathèques du département via Medialandes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: