Media Landes
Rencontres Axel Kahn : "Chacun choisit sa vie"

Axel Kahn : "Chacun choisit sa vie"

Kahn1"Chacun choisit sa vie" telle est la devise d'Axel Kahn qui est venu, dans le cadre des Rendez-Vous, à la rencontre de près de 230 personnes  à la salle des fêtes de Misson, petit village de 700 habitants situé sur la Communauté des Communes de Pouillon mardi soir.


C'est à la fois le médecin, le chercheur, le généticien et surtout l'observateur de la société qui a répondu avec enthousiasme aux questions des landais. Cette soirée avait été précédée dans l'après midi d'une rencontre avec les collègiens du collège Rosa Parks de Pouillon, riche en questions sur la bioéthique, sur son engagement de généticien.

En préambule Axel Kahn nous explique le cheminement qui l'a conduit à parcourir à pied la France des Ardennes au Pays Basque. Après des années de travail intense, après avoir fait des choix professionnels étonnants, Axel Kahn se retire de ses activités officielles pour se consacrer à un rêve vieux de 30 ans : sillonner la France, bâton à la main et sac au dos. De son périple, il en fait un livre "Pensées en chemin : ma France des Ardennes au Pays basque" qui est autant un récit de voyage qu'une analyse économique des territoires traversés.

Partir seul sur les chemins de la France, Axel Kahn n'envisage aucune autre possibilité ! Non par égoïsme mais plutôt par nécessité après une vie au service des autres. Sa triple quête de la beauté (du paysage, du patrimoine, de l'humain) comme il aime à l'appeler il préfère la rechercher en solitaire. "Je tiens à ma liberté, je ne veux pas dépendre de quelqu'un". 

Pour autant, il cède aux chants des réseaux sociaux et partage sur son blog au jour le jour ses aventures et pensées cheminantes. Certes il est seul à braver le mauvais temps, à gravir des sentiers escarpés, à enjamber des rivières mais se sent toujours accompagné à travers les réseaux sociaux.

A travers ses observations des territoires traversés, Axel Kahn revient longuement sur le désastre économique des territoires du Nord de la France. Il a découvert des régions anciennement industrialisées qui n'ont pas sû se diversifier et se retrouvent sinistrées avec des habitants fatalistes, qui idéalisent le passé ce qui les empêche d'avancer. Axel Kahn appelle ce phénomène sécession et estime que le seul moyen d'enrayer cette sécession est de donner des moyens au développement de ces territoires. Il finit en notant que le Sud Ouest échappe à ce phénomène car il s'appuie sur plusieurs axes de développement (tourisme, agriculture, industrie) et surtout il a constaté un attachement certain des gens à leur territoire, une fierté à être insérer dans ce territoire. Le public présent ne peut que l'approuver.

Kahn2Ensuite Axel kahn est revenu sur ses différentes carrières professionnelles. "J'aime avoir plusieurs vies" : médecin, chercheur, généticien, philosophe, écrivain, conférencier... Plusieurs vies qu'il a quitté à chaque fois sans regrets pour en commencer d'autres. Contrairement à ce que l'on pense, son premier métier de médecin n'est pas une vocation. Dans un grand éclat de rire il explique que son choix s'est fait en opposition aux professions de son père et ses frères. Philosophe (son père), journaliste (son frère Jean-François), spécialiste des molécules (son frère Olivier), "c'était déjà pris!" donc pourquoi pas médecin ? Son envie de faire avancer les choses l'a ensuite poussé dans la recherche génétique.

Le public l'attendait aussi sur les OGM. Axel Kahn est ferme sur sa position : il ne croit pas que la généralisation des OGM va sauver le monde de la famine, contrairement à ce que les grands groupes agroalimentaires voudraient nous faire croire. Le salut viendra de l'augmentation de la production végétale sans couper les forêts, sans trop arroser, en limitant les pesticides et engrais dangereux pour la santé. "Conserver un paysage varié que nous sommes tenus de léguer à nos enfants, aux générations futures." Malgré tout il nuancera son propos en insistant sur la nécessité de continuer le travail sur les gênes.

Quand un spectateur lui demande ce qu'il pense du racisme et des actes qu'il engendre, c'est l'observateur qui répond. Selon lui, la montée du FN n'est pas forcément liée au racisme mais plutôt au phénomène de sécession des territoires décrit plus haut. Le généticien quant à lui explique que la notion de race n'existe pas, c'est juste un défaut de mélamine dans les pays du Nord (manque de soleil) par rapport au pays du Sud (Afrique). "Nous sommes profondément égaux dans notre humanité" voici le seul discours face au racisme.

C'est sur ces sages paroles que la soirée s'est terminée avant une longue séance de dédicaces. Axel Kahn a ravi l'assemblée par sa franchise, sa proximité et sa liberté de penser. L'auditoire se rappellera longtemps de cette belle soirée!

 

Headphonesécouter un extrait lu de son dernier ouvrage "Pensées en chemin : ma France des Ardennes au Pays basque" lu par la Cie Propagande Poétik.

 

 

 

Headphones

Un extrait de son intervention à Misson réalisé par Anthony Bacchetta pour la Cie Propagande Poétik.

 

 

 

 

La médiathèque numérique vous propose également 2 essais et 2 conférences filmées d'Axel Kahn sur les questions de bioéthique.

 

 

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: