Media Landes
Rencontres Rendez-vous avec Marie Darrieussecq

Rendez-vous avec Marie Darrieussecq

IMG 4907Les rencontres à lire de Dax permettent au public de découvrir des écrivains, d’échanger avec eux en toute convivialité. Ces rencontres touchent un public très diversifié, lecteurs avertis ou simples curieux et offrent assurément pour tous de belles découvertes littéraires.

 

A cette occasion, la Médiathèque départementale a proposé ce samedi 19 avril 2014 un rendez-vous avec Marie Darrieussecq, animé par J-A Loiseau.

Découvrez la vidéo sur XL TV

 

 

 

 

Née au Pays basque, Maris Darrieussecq nous a présenté son parcours d’écrivain et son dernier ouvrage : « Il faut beaucoup aimer les hommes », prix Médicis 2013, aux Editions POL. Cet éditeur a publié son premier grand succès Truismes en 1996 et est à l’origine du titre du roman emprunté à Marguerite Duras : « Il faut beaucoup aimer les hommes, beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n’est pas possible, on ne peut pas les supporter ».

IMG 4911

 Ce roman relate la passion amoureuse entre Solange, jeune actrice française, blanche et un acteur noir dans le milieu du cinéma hollywoodien que l’auteur connaît bien et qui l’amuse beaucoup. C’est lors d’une soirée chez Georges (Clooney) que Solange fait la connaissance de Kouhouesso, d’origine camerounaise.

A la question : «Votre roman pourrait-il être adapté pour le cinéma ?», l’auteur nous explique que son roman a une forme cinématographique avec un générique, une fin, des scènes, des plans et qu’elle pourrait tout à fait imaginer une adaptation au cinéma mais avec pour seule condition la présence de Georges Clooney, of course !…

Les personnages du roman sont des acteurs de second plan confrontés à des étiquettes, elle, petite française romantique perchée sur des hauts talons, lui acteur noir jouant généralement des rôles de flic ou boxeur. Le roman interroge sur les clichés, ce que veut dire un couple mixte. Pour l’auteur, l’idée d’un couple mixte est un lieu commun, on ne sait pas trop ce que cela veut dire. Tous les couples sont mixtes puisque différents, et de citer Jean Genet : « C’est quoi un noir et d’abord, c’est de quelle couleur ? »

L’auteur nous a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un roman contre le racisme mais une histoire d’amour avant tout car l’héroïne ne se pose aucune question. Elle ne vit que dans l’attente de l’autre, une attente qui vire à l’obsession, au fil des textos. Marie Darrieussecq a évoqué un autre roman remarquable sur ce même sujet : « Aller-simple » de Annie Ernaux.

Solange, son alter-égo est une femme qui laisse de côté sa carrière, qui renonce à ce qu’elle est réellement pour un homme. Bien qu’il soit amoureux d’elle, Il ne la voit que de façon épisodique, n’a pas de temps pour elle car c’est son projet de film qu’il réalise sur place, au Congo, adapté d’« Au cœur des ténèbres de Conrad » qui l’intéresse avant tout. Elle le retrouve donc dans la forêt africaine pour quelques rares moments de présence avec lui, avec l’équipe du film en plein tournage. Elle est perdue, candide, éperdument amoureuse.

Ce roman sur la relation amoureuse et ses pièges est d’une très belle écriture littéraire.

L’auteur a repris à son compte une citation de Julien Green : « J’écris mes livres sans savoir ce qu’il y a dedans », expliquant par- là que le pouvoir de l’imagination appartient à chaque lecteur, qu’elle ne sait pas pour qui elle écrit et que si ses romans posent des questions, ils ne donnent pas forcément les réponses.

Marie Darrieussecq, un brin provocatrice, femme engagée a su faire passer auprès du public très nombreux sa passion pour l’Afrique, pour la littérature avec humour, simplicité et générosité. Une belle rencontre suivie d’une séance de dédicaces.

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: